Révolutions de Paris - 2

Cet ensemble d'estampes est issu du journal Révolutions de Paris, publié à partir de mai 1790 par le Bureau des Révolutions. C'est, par l'image, la narration des événements qui se sont déroulés durant le Révolution Française, de 1789 à 17??.

Il est relié de manière très artisanale est son état montre qu'il a été beaucoup manipulé. Peut-être est-ce un colporteur qui a rassemblé les images de la Révolution Française afin de les monter à la population tout au long de sa tournée...

Les textes sont retranscrits ci-dessous tels qu'écrits, avec l'orthographe de l'époque.

Type : estampe
Année
: 1791
Imprimeur : Bureau des Révolutions
Support : papier
Inventaire : ??

Table of Contents

 


Journée mémorable du 17 Juillet 1789. ou Entrée du Roi à Paris par la Barrière de la Conférence, scorte de la Garde Nation(a)le Parisie(n)ne.

Journée mémorable du 17 Juillet 1789. ou Entrée du Roi à Paris par la Barrière de la Conférence, scorte de la Garde Nation(a)le Parisie(n)ne.

Journée mémorable du 17 Juillet 1789. ou Entrée du Roi à Paris par la Barrière de la Conférence, scorte de la Garde Nation(a)le Parisie(n)ne.

A. M. Bailly, Maire de la Ville de Paris, présentant les Cléfs de la Ville.

Se trouve au Bureau des Révolutions de Paris, rue Jacob, Faub(ou)rg St Germain N°28.


Entrée de M. Bertier, Intend. de Paris, en cabriolet, par la Porte S. Martin, le 23 Juillet 1789.

Entrée de M. Bertier, Intend. de Paris, en cabriolet, par la Porte S. Martin, le 23 Juillet 1789.

Le Peuple lui montre par la Tête encore sanglante de son BEau-pere Foulon, le sort inevitable qui l'attend. A sa droite est l'Electeur de la Ville de PAris qui étoit allé au devant de lui.

Se trouve au Bureau des Révolutions de Paris, rue Jacob, N°28.


Origine des dons patriotiques, faits à la Nation.

9eme R(évoluti)on P(a)ge 19.

Origine des dons patriotiques, faits à la Nation.

Origine des dons patriotiques, faits à la Nation.

Le 7 Septembre 1789, vingt-une Dames, épouses ou filles d'Artistes en deputerent onze d'entre elles qui se transporterent de Paris à Versailles, pour offiri sur l'autel de la Patrie les bijoux qui leur servaient d'ornement. Elles retracent aisni parmi nous les vertus de l'ancienne Grèce et de l'ancienne Rome. 

                   Mesdames                                                   Mesdemoiselles

Vien - Suvée - Belle - Peron - Desmarteaux -- Vassé de Boureceuil - PichonMoitte, auteur de poi - Berner - Fragonard - David ---- () - () - ()


Epoque du 1er octobre 1789 à Versailles.

Epoque du 1er octobre 1789 à Versailles.

Epoque du 1er octobre 1789 à Versailles.

L'Orgie des Gardes du Corps dans la salle de l'Opéra du Chateau à la quelle ont été admis l'Etat Major de la Garde Nationale de Versailles, des Officiers de differents autres Régimens même des Dragons et Soldats y furent accueillis.Ce fut à cette Fête que l'exces de la joïe fit elever une voix qui cria à bas les Cocardes de couleur, vive les Cocardes de couleur blanche. 


Vue du Chateau de Versailles à l'époque du 5 8bre 1789.

Le Roi, la Reine et M(ons)g(neu)r le Dauphin paroissant au Balcon donnant sur la Cour de Marbre.

Vue du Chateau de Versailles à l'époque du 5 8bre 1789.

Vue du Chateau de Versailles à l'époque du 5 8bre 1789.

La Garde Nationale de Paris et de Versailles au nombre de plus de 20,000 sans y comprendre plus de 12,000 ames Hommes et Femmes armés de differentes armes, qui adressoient au Roi des plaintes sur le manque de pain dans la capitale, et priant le Roi de venir faire son séjour à Paris.


Vue de la place d’armes de Versailles le 6 octobre matin 1789

Vue de la place d’armes de Versailles le 6 octobre matin 1789

Vue de la place d’armes de Versailles le 6 octobre matin 1789

Mr de la Fayette, parti de Paris, le 5 l’après dinér avec le consentement de la commune de la Ville, sa marche était Composée d’un corps d’armée de près de 15,000 hommes de la Garde Nationale parisienne, et de 22 pièces de canon ; le lendemains matin il fit metre toute la Troupe en Rang de Bataille dans la place d’armes(restitué d’après un document Gallica)


Epoque du 6 octobre 1789. L’après diné à Versailles.

Epoque du 6 octobre 1789. L’apres diné à Versailles

Epoque du 6 octobre 1789. L’apres diné à Versailles

Les héroïnes françaises ramènent le Roi dans Paris pour y faire sa principale résidence, S.M. était escortée de la Garde Nationale, d’une partie des Gardes du Corps, et su Régiment de Flandre.

Au Bureau des Révolutions de Paris, rue Jacob, F(aubour)g St.G. N°28.


Massacre des prisonniers d’Orléans.

Révolutions de Paris. N°168, p. 467

Massacre des prisonniers d’Orléans.

Massacre des prisonniers d’Orléans.

Les prisonniers détenus dans les prisons de la haute cour nationale d’Orléans. sont massacrés entraversant la ville de Versailles.


Vue des champs Elisées le 18 8bre. 1789 le matin.

Vue des champs Elisées le 18 8bre. 1789 le matin.

Vue des champs Elisées le 18 8bre. 1789 le matin.

Le roi passe en revue une Division de la Garde Nationale. Sa Majesté s’étoit rendue a pieds aux Champs Elisées, malgré la pluie ; elle étoit accompagnée d’une Garde d’Honneur de 500 Hommes sans Armes ; et a parcourue tous les rangs accompagnée de M. De la Fayette.


Malheur arrivé à Paris le 21 8bre. 1789 A 8 heures du matin.

Malheur arrivé à Paris le 21 8bre. 1789 A 8 heures du matin

Malheur arrivé à Paris le 21 8bre. 1789 A 8 heures du matin

Le nommé François, Boulanger, rue de la Juiverie, fut en levé de sa boutique par une foule de Séditieux qui l’ont conduit à la Ville, où on l’a accusé d’avoir chez lui des pains pourris ; la fureur du Peuple sans attendre que la justice fut rendue arracha cet innocent de devant ses Juges et les scelerats le pendire au fatal Reverbere.

Au Bureau des Révolutions de Paris, rue Jacob, F.S.G. N°28.


Promulgation de la loi martiale dans les places publiques de Paris le 22 Octobre 1789.

Promulgation de la loi martiale dans les places publiques de Paris le 22 Octobre 1789

Promulgation de la loi martiale dans les places publiques de Paris le 22 Octobre 1789.

Cette Ceremonie se fit avec un grand appareil et au son des trompettes, un Deputé de la Ville fit lecture de la Loi, étant accompagné des Héros-d’Armes et d’une nombreuse escorte de la Garde Nationale tant à cheval qu’à pieds ; suivie d’une musique militaire.

Au Bureau des Révolutions de Paris, rue Jacob, F.S.G. N°28.


Epoque du 12 janvier 1790 a 2 heures après dîné.

Epoque du 12 janvier 1790 a 2 heures après dîné

Epoque du 12 janvier 1790 a 2 heures après dîné

M. De La Fayette instruit d’un complot ; et de l’attroupement que devoit former des recrues de la Garde Nationale soldée, aux Champs Elisées, saisit l’instant ou ils y étoient rassemblés au nombre de 200, les y investit à la tête d’une nombreuse Cavalerie et Infanterie. Leur fait mettre armes et habits bas et les fait conduire aux Casernes de St Denis.

Bureau des Révolutions de Paris, rue Jacob, Faub(our)g St. G. N°28.


Assemblée Nationale. Epoque du 4 février 1790.

R(évoluti)ons de Paris N°30. Page 26

Assemblée Nationale. Epoque du 4 février 1790

Assemblée Nationale. Epoque du 4 février 1790

Le Roi a paru, vers midi, au milieu des Représentants de la Nation, a occupé la place du Président, qui a pris la droite de S.M. et le Roi, restant de bout, a exprimé dans un discours touchant l’adhésion la plus franche et la plus formelle à la Constitution.

Bureau des Révolutions de Paris, rue Jacob, Faub(our)g St. G. N°28.
Et au mois de Mars, rue des Marais, N°20 xxx


Evénement du 10 février 1790.

N°31. Page 30.

Evénement du 10 février 1790

Evénement du 10 février 1790

Le Roi et la Reine visitans l’Hôpital des Enfans trouvés après avoir entendu la messe à N.D. accompagnés de Mgr. Le Dauphin.

Au Bureau des Révolutions de Paris, rue Jacob, F.B.S.G. N°28. et au mois de Mars, rue des Marais, même Quartier, N°20.


TE DEUM chanté à N.D. le 14 février 1790 en mémoire de la séance du 4 où le Roi assista.

N°31. Page 30.

TE DEUM chanté à N.D. le 14 février 1790 en mémoire de la séance du 4 où le Roi assista

TE DEUM chanté à N.D. le 14 février 1790 en mémoire de la séance du 4 où le Roi assista

Solennité de ce jour fut annoncée par le canon, 10000 hommes de la Garde Nationale étaient sur pied. M. le Maire, a la tête de la Commune reçut l’Assemblée Nationale, qui entra dans la Cathédrale au bruit des instruments militaires. Un discours, prononcé par M.l’Abbé Mulot amena le serment civique. A l’instant les 60 drapeaux se sont élevés, la Garde Nationale a porté les armes, et les officier ont tiré leurs épées. On a juré d’être fidèles à la Nation, à la Loi et au Roi jusqu’à la mort.

Au Bureau des Révolutions de Paris, rue Jacob, F.B.S.G. N°28. et au mois de Mars, rue des Marais, même Quartier, N°20.


Suite des Révolutions de Paris