Le Forez - 4 et dernier

Cet ensemble de photographies sur papier albuminé d'un format 13 x 18 cm environ ont probablement été réalisées à la toute fin des années 1890. C'est un précieux témoignage des monuments du Forez.

Chaque photographie est collée sur un carton bleu.

Les textes sont retranscrits ci-dessous tels qu'écrits, avec l'orthographe de l'époque.

Type : photographie
Année
: c.1895
Support : papier

Table of Contents

Pélissac

Pélissac

Pélissac

PÉLISSAC. - A peu de distance de la route d'Yssingeaux à Tence à gauche et environ six kilomètres de celle dernière ville on aperçoit le château de Pélissac. Quoique dans une position peu importante ce château fut très-soigneusement fortifié. En 1260 il était déjà le siège d`une seigneurie et appartenait à la fa mille Pélissac dont l'unique héritière le porta en dot à la fin du XIV° dans la maison qui possédait déjà la baronnie de Queyrières ; les de Luzy de Pélissac la cedèrent en 1671 aux Just le Blanc. De nombreuses lézardes assignent à cet ancien manoir une ruine prochaine.


Polignac

Polignac

Polignac

POLIGNAC. — A quelques kilomètres du Puy sur la couronne du plus fier rocher du Velay_se détachent de grandes ruines: murailles, tours, donjons, créneaux, machicoulis, chapelle, cours spac1euses, pont levis, fossés profonds, enceintes nombreuses.. De toute cette forteresse digne demeure d’une des plus puissantes familles de l’époque féodale il ne reste plus que quelques vestiges. Les POLIGNAC, ces rois des montagnes y avaient établi leur place de guerre. — A dater du X' siècle leur histoire est celle du Velay tout entier. — La famille primitive des POLIGNAC ou celle des CHALENCON a fourni des évèques, un cardinal, des guerriers, des diplomates, des ministres... nul fleuron n’a manqué à sa couronne.

Rochetaillée

Rochetaillée

Rochetaillée

ROCHETAILLÉE. — Chateau fort situé sur un contre-fort de la chaine du Pilat, à cinq kilomètres de St. Etienne. Il en est parlé dans une donation du XIIe siècle. — En 1217, cette seigneurie appartenait à GODHMAR. de la maison de JAREZ, seigneur de St. CHAMOND ; en 1230 à GUY de JAREZ ; FLEURIE de JABEZ, fille de GODEMAR II et de Béatrix de ROUSSILLON, la porte en dot à Jean de LIGNÈRES en 1325 ; leur fille Marguerite de LIGNÈRES dame de ROCHETAILLÉE, épousa ARTHAUD VI d'APCHON, seigneur de MONTROND. — En 1642, cette seigneurie fut achetée par L. BADOL de FORCIEU ; (et érigée en baronnie en 1656). — J . B. BERNOU de NANTAS, appelé à la substitution faite par A. de FORCIEU, son grand oncle, devint maitre de ce chateau en 1748. J. B. BERNOU, chevalier, baron de ROCHETAILLÉE, en a prêté l’hommage en 1781.
Monsieur C. de ROCHETAILLÉE en est actuellement possesseur.

Rouillère

Rouillère

Rouillère

ROUILLÈRE. — Manoir dans la plaine d’Ambierle ; il est de tradition que les anciens bénédictins du couvent plaçaient la station gauloise d’Ariolica en cette localité près de la quelle passait le chemin Romeret. — Mais le chateau ne remonte qu’au XV° siècle, époque ou les prieurs devenus commandataires se bâtirent un lieu de plaisance au dessous de l’ancienne abbaye. Il fut la propriéte de l’abbé de la ROCHEFOUCAULD de MAGNAC prieur d’Ambierle. — Il ne reste à Rouillère que de grandes caves encombrées, ou la légende place des trésors en communication avec les souterrains de Boisy, pleins de l’argent de JACQUES CŒUR ; et quelques peintures murales de peu d’importance.
Le dernier propriétaire était Monsieur de LINIERES.


Sans titre

Sans titre

Sans titre


St André d'Apchon

St André d'Apchon

St André d'Apchon

SAINT ANDRÉ D’APCHON. -—- Au pied de ce que dans le pays, on appelle la côte St. André, est situé le chateau de St. André d’Apchon. Les d’ALBON St. FORGEUX, cadets de l’Espinasse, ont été les premiers possesseurs connus de cette seigneurie. — A la mort de JACQUES D’ALBON, dit le maréchal St. ANDRÉ, tué à la bataille de Dreux en 1562, les d’APCHON de St. GERMAIN et de MONTROND en héritèrent par alliance. Après eux les St. GERMAIN de VICHY occupèrent le manoir. Un de ces derniers seigneurs, le marquis de St. GEORGES, suivit LAFAYETTE en Amérique. — St. André avait été agrandi et décoré par le maréchal ; les de VICHY élevèrent les bâtiments qui joignent la tour ronde à machicoulis.— On voit ce qui reste de ce chateau divisé actuellement entre plusieurs propriétaires.


St Laurent

St Laurent

St Laurent

SAINT LAURENT. — Dans la partie basse de la ville du Puy se trouve une église dépendant autrefois d’un couvent de Jacobins, construite au XIV° siècle dans le style gothique, elle a la forme d’une basilique à trois_apsides correspondant à autant de nefs. Des chapiteaux couverts de monstres, de rinceaux, de caprices bizarres surmontent des piliers composés de colonettes groupées. La porte principale est richement décorée : des anges bouffis à chevelure épaisse en remplissent les voussures. —- On remarque dans une chapelle nord de cette église, le tombeau du connétable Du GUESCLIN, mort devant Chateauneuf-Randon.

St Paulien

St Paulien

St Paulien

St-PAULIEN. - Aujourd'hui chef-lieu dc canton à peu de distance du Puy, St-Paulien mentionne déjà en 727 (an de Rome) le nom de Ruessium, fut primitiveinent la capitale  du Velay. Les débris anciens s'y trouvent en grand nombre et on aperçoit des pierres gravées et sculptées sur les murs de l'église. Cette église sous le vocable de St-Georges a été presque entièrement défigurée par des réparations modernes à l'intérieur surtout elle a perdu tout son caractère. Elle avait primitivement la forme d'une croix latine, mais les transepts ont été condamnés. Sa nef a pour toute décoration quelques pilastres surmontés de tailloirs.

Les voutes sont modernes à l'exception de celle du transept. La façade est surmontée d'une tour gothique du XIV° siècle et dans le bas existent deux contre-forts réunis par un large machicoulis.


St Rambert

St Rambert

St Rambert

SAINT-RAMBERT. - Un prieuré de Bénédictins sous le vocable de St. André, y fleurissait dès le X° siècle. VIDELIN comte de FOREZ, y fit transporter en grande pompe, les reliques de St Maurice ; les comtes de FOREZ, lui abandonnèrent leurs droits sur la ville de St RAMBERT, et sur les paroisses envisonnantes. - Le prieuré jouissait des droits seigneuriaux les plus étendus même celui de garde du chateau et de la ville. Aussi le titre de prieur était recherché par la plus haute noblesse : on le trouve porté par les : St. BONNET, les ROBERTET, de VERNES, de SIMIANES, de COSSE-BRISSAC, de THIRANGES etc... Le prieur qui a laissé les plus profonds souvenirs à St. Rambert, est J. de BOURBON fils naturel de JEAN Ier comte de FOREZ ; il passa les dernières années de sa vie dans son prieuré, et y mourut en 1485. - L'église est très ancienne, dans sa façade sont incrustés des médaillons, que les archéologues croient, être les restes d'un temple payen.


St Romain Le Puy

St Romain Le Puy

St Romain Le Puy

SAINT ROMAIN LE PUY. - St. Romain le Puy est une station du chemin de fer de St. Etienne à Boën ; au pied du cône basaltique que couronne l'église d'un ancien prieuré. Un ROSCHITALEUS, chevalier, passe pour le fondateur de cette église. Il la donna avec tous ses droits à l'abbé d'AINAY de Lyon, au commencement du XI° siecle.

De tous les batiments du prieuré Pénalise seule est restée debout, elle n'a qu'une seule nef ; le chœur est roman. la dernière travée et la chapelle qui est à gauche sont du XV siècle, d'un pur et beau gothique, ainsi que le portail assez bien conservé. Sous le choeur se trouve une petite cripte romane. Sur ce monticule existait encore un chateau avec sa chapelle ; le tout fut rasé en 1633, par ordre du cardinal duc de RICHELIEU.


Sury le Comtal - Eglise

Sury le Comtal - Eglise

Sury le Comtal - Eglise

ÉGLISE DE SURY LE COMTAL. - Sury le Comtal doit son origine à un chateau fort que les comtes de Forez y possédaient dès le XII° siècle.

Cette église était autrefois placée dans l'enceinte même du chateau. En 1317 les habitants obtinrent des archevèques de Lyon l'autorisation de faire bâtir une église paroissiale en dehors de l'enceinte. L'église que nous reproduisons ne date pas cependant de cette époque ; les ornements délicats de son portail, sa belle rosace en trilobes, les grandes baies de son clocher la galerie à jour qui le couronne sont tous du beau style flamboyant et remontent au plus au XVI° siècle.


Urfé

Urfé

Urfé

URFÉ — Situé sur la commune de Champoly, ce chateau doit remonter au XII° siècle, puisque ce fut en 1125 que, sous LOUIS le GROS, WLPHE se fixa dans le pays ; en épousant une cousine de GUY comte de FOREZ. C’est dans une chambre de ce chateau, qu’en 1418 les serviteurs des d’URFÉ massacrèrent presque tous les membres de cette famille, pour s’emparer d’une forte somme d’argent. Plus tard ces seigneurs firent bâtir le chateau de la Batie, sans abandonner leur première demeure où ANNE d’URFÉ se fixa après les guerres de la Ligue. — Aujourd’hui ce ne sont plus que des ruines connues dans le pays sous le nom de CORNES d’URFÉ. Cette forteresse avait vraiment quelque chose d’extraordinaire au milieu des bois, au sommet d’un chainon porphyrique élevé de 127 mètres, d’où la vue est magnifique.


Vaux

Vaux

Vaux

VAUX. — Au milieu des bois vis à vis Retournac sur la rive droite de la Loire se trouve le château de Vaux. Des Adhémar de Vaux qui le possédaient un Xlll° sièçle il passa par mariage à la famille de Gorce ; au XVI° siècle Françoise de Gorce le porta par son mariage dans la maison des de Serpens. En 1591 et 1594 Louis de St-Pol qui en était seigneur y commandait une garnison royaliste de six hommes. Vint ensuite la famille d‘Apchon jusqu'à 1653 époque à laquelle noble Jean Jourda acheta le châleau et la terre de Vaux pour 12,000 liv. C’est dans ce château qu'est né le maréchal de Vaux, conquérant de la Corse. Il est encore de nos jours possédé par M. François-Arthur de Vaux.


Vertamise

Vertamise

Vertamise

VERETAMISE. - A deux kilomètres environ au-dessous de Grazac sur une montagne abrupte que le Lignon baigne comme une presqu'ile. On voit encore les belles ruines d'un château qui est mentionné dans des titres de 1027 . C'Était une dépendance importante, et le centre d'un mandement de la baronnir de Saussac. Ardent royaliste le baron Melchior de Saussac y entretint pendant le XVI° siècle une petite garnison. .Iusqu'en 1606 la famille primitive de Saussac y fut possessionnée. Guionne dernière héritière de cette maison le transporte par son mariage aux Fay-Gerlande. En 1731 il fut acheté par les de Beget et ensuite en 1781 par les de Charbonnet. Ces ruines sont vulgaitrement connues sous le nom de Carry.


Villerest

Villerest

Villerest

VILLEREST. — Cette ancienne petite ville, maintenant bourg d’une commune du canton de Roanne dont elle est distante de 6 kilomètres est située sur un contrefort des montagnes du Forez, qui s’abaisse sur la rive gauche de la Loire. — Villerest était une place forte par son site et par ses remparts dont les restes sont assez considérables. On donne ici la vue de la porte la mieux conservée, celle d’ouest. — Les bâtiments de son ancien chateau, (lit de Champlon, sont encore habités. — En 1208, PHILIPPE AUGUSTE donna la jouissance de l’église à REYNAUD de FOREZ, archevêque de Lyon, dont le frère était en Orient. — LOUIS XII accorda des franchises à Villerest. — Vers les derniers temps la justice appartenait à madame la prieure de Marsigny, la quelle nommait à la cure.